back
<<
>>
building design

masterplan

d'architecture conceptuelle "Jeu d'Échec"

CONCEPTE TRANSPARANT MONUMENTAL DANS LA MULTIDIMENSIONALITE
design: Aguila

Les preneurs d'initiative chargèrent à Aguila de tracer les plans d' une infrastructure pour leur projet, un club de vacances au Sud du Maroc, dans la Vallée d' Anagam, Cercle de Zagora, Ouarzazate.

Le Masterplan contient despréprojets développés, des plans conceptuels, des dessins, des tracés et plans de détails.
En ce qui concerne la conception et l'exécution, l'esthétique de la présentation, l'on doit explicitement faire la différence entre la conception et la réalisation.

"Jeu d’échec" est un concepte artistique d' une architecture conceptuelle: quatre types de sculptures habitables différents sont répétées jusqu'à atteindre un total de 78, intégrées dans une architecture du paysage, contenant des espaces verts, jardins sauvages, parcs, palmeraies,maquis, piscines, places, fontaines sculptées,restaurants,cafétarias, courts de tennis, salles de conférences, salles de théatre et musique, salles de traitements et relaxation, bibliothèque, cuisine expérimentale et autres.

Le tout occupe une surface de plusde 5 ha.

Ce concepte exige une étude (savoir- Know-how) approfondie, dû à la complexité du programme, sa monumentalité et la nature artistique de sa termination.

Ensuite, de par sa nature, ne font pas partie du concepte: le dessin de contour, l'évaluation du coût,le développement technique définitif de construction, le dossier administratif et technique pour le permis de construire, l'établissement et contrôle des comptes et autres obligations.De même, les études techniques spécialisées en ce qui concerne la stabilité, les installations sanitaires, le chauffage, etc., tout comme la description de situation, mesures topographiques, études du sol, recherches d' experts, enfin, tout ce qui ne correspond pas à la commande spécifique, mais se trouve, conformément à la déontologie de l' ordre des architectes, sous la surveillance d' un architecte compétent et autorisé. L' auteur reste disponible pour la supervision de l' esthétique et du concepte et prêta déjà toute sa collaboration pour l' évaluation du coût.

L' auteur, de par la nature des services rendus, ne peut en aucun cas être, ou être tenu pour responsable du projet en phase de construction et le cours des travaux, là où l' architecte désigné supervise et porte la responsabilité.

L'exécution des travaux commença début '90.

La base des sculptures habitables est exécutéedans le style de construction traditionnel, que l' on retrouve en Afganistan, Arabie Saoudite, Yemen, Iran et Mali, et qui atteint son apogée dans les Ksars et Kasbahs marrocains. Elles sont si bien intégrées dans le paysage, qu' elles semblent en faire partie. La construction sefait avec les matériaux traditionnels adaptés à ce climat, l' architecture pratique qui rend le sud du Maroc si caractéristique et charmant. Toutes les boiseries sont inspirées (portails, portes,fenêtres, vérandas, pergolas,etc. ...) dans le style marrocain traditionnel. Le marbre du pays de Ouarzazate, scié sur place, donne une surface rugueuse, idéale pour le climat (places, terrasses d'eau, sols, etc. ...).

A partir de ce concepte d'architecture biologique organique qui s' intègre dans cet entourage et qui formeune unité harmonieuse, l' on a essayé de créer unetrès grande implication de l'homme dans la naissance de ce programme très riche, détaillé et complexe.

A partir de ce concepte d'architecture biologique organique qui s' intègre dans cet entourage et qui formeune unité harmonieuse, l' on a essayé de créer unetrès grande implication de l'homme dans la naissance de ce programme très riche, détaillé et complexe.

Ciudad del Hombre a.s.l.f., acting for the Museum of Lasoberana